Foyer socioculturel d'Antoing

Foyer
socioculturel
d'Antoing


Rue du Burg, 23
B-7640 ANTOING

Tél : +32 (0)69 44 68 00
Fax :+32 (0)69 44 68 08

À Bruyelle,
Chée Tournai, 56a

Pour l’accueil 1, les bureaux administratifs et d’animation:
Lundi
13h30 à 18h
Mardi
13h30 à 18h
Mercredi   
9h à 12h et
13h30 à 18h
Jeudi
13h30 à 18h
Vendredi
9h à 12h

À Antoing
Place du Préau (Scaldis) 

Pour l’accueil 2:
Mardi
9h à 12h

IBAN Compte Belfius
BE94 0680 7196 3014

courriel :

info@foyerculturelantoing.be


Retrouvez-nous sur
Bienvenue à Antoing, Capitale du "Pays blanc"


Le château des Princes de Ligne


Une échauguette que l'on aperçoit à des kilomètres à la ronde.
Que vous soyez féru d'histoire ou que vous aimiez tout simplement les belles pierres, le château des Princes de Ligne vous ouvre ses portes tous les dimanches et jours fériés, à partir de la mi-juin àfin septembre.
Le château d'Antoing, déjà mentionné au XIIe siècle, fut le bastion de la puissante famille de Melun et passa aux de Ligne, actuels propriétaires, sans jamais faire l'objet d'une transaction financière.
On peut encore voir aujourd'hui, une grande partie de l'enceinte du XIIe siècle et le bollwerk construit au XVe. Au XIXe siècle, un élève du célèbre architecte Viollet-le-Duc, transforme le château en une magnifique demeure néogothique.

La bataille de Fontenoy


Non loin de cette magnifique propriété, s'étend la plaine de Fontenoy, théâtre de la célèbre bataille qui opposa en 1745, les troupes françaises aux troupes anglaises, hanovriennes, autrichiennes et hollandaises.

Le château-ferme de Curgies


Le château-ferme de Curgies ou "des Quatre Vents" est daté du XVIIe siècle, par référence à la date de 1633 effacée aujourd'hui et inscrite à la clé de la porte de la tour.
Le roi Louis XV y passa la nuit la veille de la bataille de Fontenoy, bataille qu'il gagna en 1745.

Le parc archéologique


Le circuit du tumulus nous ramène au 1er siècle après J-C.
Ce tumulus serait la tombe d'un haut dignitaire romain chargé de l'exploitation des carrières.
Un couloir en forme de T mène à une série de niches dans lesquelles étaient disposées les urnes contenant les cendres du défunt.

Les fours à chaux


Fin du XIXe siècle, début du XXe, la révolution industrielle, Antoing se couvre d'un long manteau gris clair et devient "Capitale du Pays Blanc".
Nous vous proposons de visiter les anciennes carrières recolonisées aujourd'hui par la végétation, les vestiges des fours à chaux et à ciment naturel qui nous montrent les conditions de travail de l'époque.
Un musée rassemble les outils, photographies, maquettes et autres objets retraçant l'histoire des Antoiniens au début du XXe siècle. Les fours à chaux sont des constructions en pierre.

Lancien 'hôtel de ville désafecté


En 1565, fut construite la Halle aux Draps où s'installa tout d'abord le commerce des grains.
Par la suite, en 1695, le collège s'installa dans une de ces pièces. Mais, les services communaux se trouvant à l'étroit, le Conseil décida de destiner la halle à usage d'hôtel de ville.
En 1899, le Collège échevinal fit dresser un projet de restauration. Le Conseil ouvrit un concours entre architectes. Cette restauration date de 1916-1920.
Elle sera définitivement aménagée en 1942-1944.

Le nouveau

Tous les renseignements sur le site de la Ville d'Antoing

Le stade communal


Le stade est aménagé dans une ancienne carrière (carrière du Ratiau) qui fut réhabilitée pendant la guerre. Cette astuce du bourgmestre d'alors permit d'exempter bien des antoiniens du travail obligatoire en Allemagne. Cette carrière fournissait surtout de la pierre de taille. Les 2 fours (encore visibles ) produisaient de la chaux.
L'aménagement proprement dit de la plaine commença après la guerre. Actuellement, la cuvette centrale comporte un terrain de football, ceinturé d'une piste d'athlétisme en cendrée rose et de gradins.
Notons que la piste d'athlétisme a été classée première du Hainaut et 6e du pays, par la Ligue nationale belge.
La partie supérieure de la plaine, face ouest, comprend une installation des 3 terrains de tennis, de basket et, en bordure de la cuvette, de spacieux vestiaires.
A l'est, se trouvent un parc public et une plaine de jeux pour les enfants.

Le Foyer culturel


Situé au coeur d'Antoing, dans le piétonnier, le Foyer socioculturel peut choquer les amateurs d'architecture ancienne.
En effet, sa structure moderne est le témoin de sa jeunesse...
...et également de son dynamisme !

La clinkerie de la CBR


Cette usine a remplacé, en 1986, la dernière cimenterie d'Antoing. CBR fabrique les produits de base de tous les ciments.

La transhennuyère


La transhennuyère récupère l'eau d'exhaure des carrières du Tournaisis et la mélange pour en réduire la teneur en sulfates, à un volume équivalent d'eau souterraine provenant de cinq puits de captage. Cette eau est traitée à la station de Gaurain, puis acheminée vers le réservoir de Pic-au-Vent.
Elle est ensuite dirigée principalement vers les réseaux de distribution de la SWDE, de la Régie de Tournai et de l'Intercommunale d'Etudes et de Gestion.

La sucrerie de Fontenoy


C'est au début du mois de mars 1991 que les premiers coups de pioche furent donnés, l'objectif étant de clôturer l'ouvrage en juin 1992 afin d'accueillir une première récolte. Sur les 32 hectares, l'usine occupe 1/3, le reste étant utilisé en terrains de décantation ou de stockage des eaux.
Les ouvrages les plus frappants sont, sans conteste, le four à chaux de 46m de haut ainsi que la tour de diffusion de 35m dans laquelle on procédera à la cuisson des cossettes de betteraves et à l'extraction du jus.
La sucrerie pouvait traiter journellement 7500 tonnes de betteraves et produira jusqu'à 500 tonnes de sucre par jour.
La campagne betteravière s'étale sur 80 jours, quant à l'atelier de cristallisation, il fonctionne de 5 à 6 mois par an.

Le groupe Sucrier ISCAL Sugar retroupe la sucrerie de Fontenoy et la sucrerie de Veurne.

Le port fluvial


Ce port a bien aidé Antoing et ses environs pour le transport du ciment et de la chaux à travers la Belgique et en Europe au cours des siècles passés. Encore actuellement des marchandises y sont chargées. Il existe même un magasin flottant qui permet le ravitaillement pour les péniches et leurs équipages au moyen de petits remorqueurs. Des plaisanciers s'amarrent souvent dans la halte fluviale d'Antoing. En été le Foyer socioculturel organise des croisières musicales jazz sur l'Escaut.

A CLOVIS


Aucun historien ne peut localiser le lieu de naissance de Clovis mais, il est certain qu'il est originaire des bords de l'Escaut. Clovis est un scaldéen. Ce monument, de style expressionniste nouveau a reçu le premier prix de l'Académie royale de Belgique. Le titre est "A CLOVIS" mais non CLOVIS.
Pourquoi?
Pour la symbolique : pays de la pierre. Les socles en pierre du pays d'Antoing rappellent la richesse en calcaire des bords de l'Escaut.

"Que vive la terre"


Edmond Dubrunfaut est né à Denain le 21 avril 1920. Il revint à Calonne, d'où sa famille est originaire. Ces décorations murales recouvrent plus de 7500 m2. Il exécute également des tapisseries, peintures et dessins.
Muraliste actif, il a terminé en 1996 le signal en céramique "A la rencontre des chemins et des hommes" (85 m2), le mur "Que vive la terre" (150 m2) pour le passage du TGV à Antoing et la mise en place de celui des "Générations" à Calonne.

Le parc des 5 rocs


Ce parc a été aménagé sur le site d'une ancienne décharge. De ce point culminant régional, on peut apercevoir Antoing et toute son industrie. De là, on peut également apercevoir, dans une autre direction le Mont-Saint-Aubert